restaurateur d'art

Le métier de restaurateur d’art fait partie des métiers qui connaît un franc succès dans le domaine des arts. Il offre une accessibilité restreinte, car la formation peut être dense, surtout quand on veut aller plus loin. Quelle formation pour devenir restaurateur d’art ? Lisez !

2022 07 12 10h30 27 1.png 1

 

Les qualités indispensables à un restaurateur d’art

L’exercice du métier de restaurateur requiert plusieurs qualités. Plus qu’une parfaite maîtrise des procédés de conception ou de restauration dans son domaine de spécialité, un artiste restaurateur doit posséder de nombreux atouts. C’est pour cela que les restaurateurs peuvent valablement faire de la restauration de tableaux anciens : ces compétences sont acquises dans les ecoles appropriées.

Le restaurateur a une solide formation artistique et connaît bien l’histoire de son domaine, les tendances artistiques actuelles ainsi que les matériaux et les méthodes utilisés à chaque fois. Il utilise ses connaissances encyclopédiques au profit de la préservation des biens culturels.

Lorsqu’il répare la gargouille d’un banc d’église ou restaure la dorure d’une sculpture du Louvre, la rigueur et la minutie doivent être au rendez-vous. Aussi, il faut plusieurs mois à partir du moment où l’état de la pièce doit être évalué, jusqu’à ce qu’elle soit entièrement restaurée. Le moteur des métiers de conservation est de ne rien altérer ni dénaturer. Ce sont des metiers de conservation de patrimoine.

Les études pour devenir restaurateur d’art

Selon le domaine dans lequel vous choisissez de travailler, il existe différents parcours de formation pour devenir restaurateur d’art : dessinateur, ébéniste, tailleur de pierre et horloger.

Les projets de construction privés ne nécessitent pas un niveau de formation spécifique, mais plutôt de solides références dans le domaine de la restauration d’œuvres d’art. Cependant, un diplome de niveau bac+5 est requis pour effectuer une mission dans un musée ou un site historique français (selon le Code du Patrimoine).

Vous pouvez poursuivre vos etudes en obtenant un baccalauréat de niveau, après avoir obtenu un CAP artistique dans votre domaine de prédilection (bijouterie-joaillerie, art du tapis et de la tapisserie, art du cuir, etc.). Avec au moins deux diplômes, un programme bac+3 ouvre la possibilité de se spécialiser dans la préservation du patrimoine.

La DN MADE Mention Patrimoine, elle, forme pour la conservation et la restauration de meubles anciens ou de marqueterie. La licence Histoire de l’Art et Archéologie Parcours Préservation des Biens Culturels apporte aussi son grain de sel grâce à son Programme Thématique. Il peut s’agir de la préservation d’objets culturels, de l’altération d’objets patrimoniaux ou encore, de la conservation préventive.

Après l’obtention de la licence précitée au niveau bac+5, il est possible de préparer un master soit en conservation-restauration des biens culturels, soit en histoire de l’art, archéologie, patrimoine et musées.

L’Institut national du Patrimoine, l’ecole des Restaurateurs de Tours et le Master Conservation-Restauration des Biens Culturels de Paris 1, proposent des classes préparatoires aux concours des écoles de restaurateurs. Il en est de même pour l’École Nationale Supérieure des Arts Visuels et La Cambre de Bruxelles.

La formation continue

En effet, débuter la restauration ou la conservation d’oeuvres d’arts dans le cadre d’une formation continue est tout à fait envisageable. Vous devez le faire en poursuivant une formation ciblée dans le domaine qui vous intéresse, comme la taille de la pierre, l’horlogerie, etc. Cela peut se faire dans le cadre d’un programme de formations avec un spécialiste, programme propice aux apprentis et aux stagiaires.

Il est important de comprendre que les principales opportunités se trouvent dans la sculpture ou dans la peinture. Au cours de leur carrière, les restaurateurs améliorent leurs connaissances et leurs compétences. Sachant que les postes sont rares quel que soit le type d’emploi, ils peuvent passer d’un statut d’employé qui perçoit un salaire à un statut d’employé fonctionnaire ou indépendant, tout au long de leur carrière.

mélissa